Corrigé commentaire d’un extrait du poème « La Prison » d’Alfred de Vigny

Intro :           

            – Vous pouviez partir de la définition des réécritures.

            – Ensuite, il ne fallait pas oublier de présenter le texte : extrait du poème « La Prison » des Poèmes antiques et modernes d’Alfred de Vigny, 1826.

            – La problématique possible : Comment de Vigny aborde-t-il la figure du Masque de fer ?

            – Le plan rédigé bien sûr : Dans une première partie, nous démontrerons que le poète présente l’histoire du Masque de fer, puis dans un second temps, nous expliquerons qu’il en montre l’intérêt en en faisant une légende mystérieuse. Enfin, nous aborderons ce que l’auteur cherche à susciter grâce à cette figure du Masque de fer.

 

Développement :

1 – Le poète présente l’histoire du Masque de fer.

         A/ Le récit de sa mort.

– Nous avons certaines caractéristiques du discours narratif : les temps du récit, verbes d’action …

– Présence de personnages : un prisonnier : substantifs qui le désignent « captif » v.4, « prisonnier » v.10 et un « vieux moine » v.1

– C’est une scène d’extrême onction : nous en avons tous les éléments.

Le champ lexical du monde religieux « moine, crucifix, prière, prêtre, couvent … » parcoure également tout le texte.

– Les différentes étapes du récit : retour en arrière et « résumé » de la vie du personnage, sa tentative d’évasion : 2e strophe et v.26 à 29 …

– Le suspense : 1ère strophe avec chute « sur un masque de fer » v.16

 

         B/ Le portrait du Masque de fer.

– C’est un jeune homme bon, un être humain : Expansions du nom « qu’il tenait des discours pleins de grâce et de foi, qu’il était jeune et beau » v.35-36 + « Chrétien » v.7 qui comporte une majuscule.

– Il n’est qu’un masque de fer : « la figure cachée » v.10 ; article défini et appellation en tant que sujet « le masque de fer avait vécu …» v.38

– Un homme particulier : préposition de restriction x3 « sans traits, sans vie, sans âge » + Métaphore « un fantôme immobile » v.15

2 – Le poète montre l’intérêt de cette histoire en en faisant une légende mystérieuse

         A/ Une victime innocente.

– L’histoire du Masque de fer est racontée « en tremblant » (gérondif) ce qui sous-entend qu’il y a danger à en parler (idée de mystère également).

– Le discours indirect de la jeune Provençale « que le masque de fer avait vécu sans crime, et que son jugement était illégitime », dans lequel on relève la préposition de restriction « sans » et l’adjectif « illégitime », présente le prisonnier comme étant innocent et victime d’une injustice.

Par ailleurs, cette femme utilise un argument d’autorité « qu’elle prenait la Vierge et son fils pour garant » v.31 qui renforce cette idée.

 

         B/ Une légende mystérieuse.

– Utilisation du pronom indéfini « on » des vers 20 à 29 qui participe au fait que cette histoire soit entourée de mystère.

– Différentes expansions du nom et significations à la rime « d’un prisonnier d’Etat que l’on ne nommait pas ; des choses merveilleuses ; de berceau dérobé ; de craintes orgueilleuses ; de royale naissance ; et de droits arrachés et de ses jours captifs sous un masque cachés » v.20 à 24

– Des éléments surprenants et révélateurs : les propositions subordonnées : « qu’il ressemblait au Roi, qu’il avait dans la voix une douceur étrange, Et que c’était un prince ou que c’était un ange » v.36-38

 

              3 – Ce que l’auteur cherche à susciter grâce à cette figure du Masque de fer.

         A/ La présence du poète.

– Son avis vis-à-vis de cette histoire : Modalisateur « sombre mystère » v.17

– L’auteur montre l’horreur de la situation du Masque : répétition de la négation pour insister « ce n’est pas » v.11 et 13 : l’homme en train de mourir n’est pas un homme ordinaire, il n’est qu’un masque qui a vécu en tant que tel, victime innocente ….

 

         B/ Les réactions face au Masque de fer.

– La réaction des autres personnages : compassion et pitié.

         à Le moine est accablé par la situation de l’homme auprès duquel il se trouve : adv « il tomba pesamment » v.4 ; « ses mains tremblaient et le tenaient à peine » v.6 ; cpt du nom « avec douleur penchée » v.9 ; « plein d’horreur » v.17

         à Réaction identique du moine et de la Provençale : « les pleurs » v.3 ; « en pleurant » v.31

– De par l’opinion du poète, des réactions des personnages face au Masque de fer, le lecteur est touché et ressent lui aussi de la pitié et de la compassion. Ceci l’amène également à réfléchir à l’injustice, la liberté …

 

Conclusion :

            – Vous deviez réaliser un bilan des différentes idées trouvées.

            – Ouverture : Vous pouviez faire le rapprochement avec les textes d’Hugo ou de Dumas.

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus