Sujet BAC série L français 2014 – commentaire

 

l-francais-premiere-2014-metropole-sujet-officiel

 

Corrigé BAC série L français 2014 – commentaire

 

Introduction

 

  • Vous pouviez partir du mouvement romantique en lien avec le thème principal du corpus soit les liens entre perception du monde et état d’âme.
  • Ensuite, il ne fallait pas oublier de présenter le texte : extrait romanesque de La Chartreuse de Parme de Stendhal, 1839. + situer l’extrait
  • La problématique possible : En quoi peut-on dire que perception du monde et état d’âme sont étroitement liés ?
  • Le plan rédigé bien sûr : Dans une première partie, nous étudierons la perception du lieu selon le personnage, puis dans un second temps, nous expliquerons l’état d’âme de Fabrice, enfin nous démontrerons qu’il existe une adéquation entre la perception du monde et un état d’âme.

 

Développement

 

  1. La perception du lieu selon le personnage

    1. Une prison exceptionnelle

      • C’est une prison :
        • Vocabulaire de la prison « fenêtres grillées, prison (x3) »
      • Elle a vue sur un palais :
        • Indications spatiales indiquant la constitution du bâtiment « rez-de-chaussée, second étage, toit en galerie, deux étages.. »
      • Elle est située dans un cadre exceptionnel :
        • Précisions géographiques : « vers le nord-ouest, Mont Viso et des autres pics des Alpes, Nice… » l.2,14
                
    2. Un lieu et un moment exceptionnel
      • Un paysage magnifique : un immense horizon
        • Indications géographiques « l’horizon à droite, au-dessus de la chaîne », « Alpes, Trévise »
        • Éléments du paysage « l’horizon (x3), au couchant, contours du Mont Viso »
      • Un moment magnifique : le crépuscule
        • Répétition de « crépuscule » l.6,13
        • Précision des couleurs « un brillant crépuscule rouge orangé » l.13
        • Heure : « huit heures et demie du soir », présence de la « lune » l.12
                  
  2. L’état d’âme du personnage

    1. Le ravissement
      • La perception du paysage par les sens :
        • Vocabulaire de la vue : « vue (x3), yeux, voir »
        • Intervention de l’ouïe : « Fabrice s’amusait à les entendre chanter » l.6
      • Le ravissement face au paysage :
        • Adjectifs élogieux « joli (x3) », « sublime », « spectacle sublime » , »monde ravissant »
        • Émotions du personnage « ému, ravi » l.15
                
    2. Le bien-être
      • Le bien-être
        • Préposition de restriction « sans songer autrement à son malheur » l.14
        • Discours direct et exclamative « C’est donc dans ce monde ravissant que vit Clélia Conti ! » l.15
      • L’attirance pour le palais
        • Répétition de « joli palais » qui fait aussi référence à Clélia (amour ?)
                  
  3. L’adéquation entre la perception du monde et l’état d’âme du personnage

    1. Un état « romantique »
      • L’adéquation entre paysage et état d’âme
        • Personnification et PSR « admirant cet horizon qui parlait à son âme » l.18
      • Le personnage n’a pas réellement conscience de sa situation (détaché de sa situation)
        Il est accaparé par son ressenti. « elle doit jouir de cette vue plus qu’un autre ; on est ici comme dans des montagnes solitaires à cent lieues de Parme » l.16 : Le personnage ne réalise pas que la vue qu’il a de la prison et la plus belle puisqu’il se situe encore au-dessus du palais qui est « en contrebas » l.8

        • Le personnage est comme aimanté par le paysage : participes présents « admirant …, arrêtant sa vue … » + « plus de deux heures à la fenêtre » l.18
    2. L’influence du paysage sur le ressenti du personnage
      • Prise de conscience de sa situation de « prisonnier » qui est tout compte fait appréciable pour lui : → discours direct, connecteur d’opposition et interrogatives : « Mais ceci est-il une prison ? est-ce là ce que j’ai tant redouté ? » l.20
      • Le personnage n’est émotionnellement pas en prison
        • Idée de liberté avec l’importance de la « fenêtre » (x4) comme ouverture sur le monde (+ « cages » des oiseaux), la PSR « de façon qu’il plongeait sur les oiseaux » l.9 donne l’impression que le personnage, tout comme un oiseau et par le regard, vole.
        • Dernière phrase « au lieu d’apercevoir à chaque pas des désagréments et des motifs d’aigreur, notre héros se laissait charmer par les douceurs de la prison » l.21

 

Conclusion

 

  • Vous deviez réaliser un bilan des différentes idées trouvées
  • Ouverture : Vous pouviez faire le rapprochement avec l’extrait du roman A l’ombre des jeunes filles en fleurs de Proust dans lequel, le personnage est aussi attiré par le paysage et dont l’état d’âme est en adéquation avec ce dernier.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus