Sujet BAC série L français 2014 – dissertation

 

Attendez-vous essentiellement d’un roman qu’il vous plonge dans les pensées d’un personnage ?

 

l-francais-premiere-2014-metropole-sujet-officiel

 

Corrigé BAC série L français 2014 – dissertation

 

Plusieurs termes devaient tout particulièrement retenir votre attention.

 

Attendez-vous essentiellement d’un roman qu’il vous plonge dans les pensées d’un personnage ?

 

  • L’enjeu du sujet est de déterminer la nécessité pour le genre romanesque de donner les pensées du personnage au lecteur, sans oublier l’objet d’étude : le Personnage de Roman.

 

Introduction

 

  • Vous pouviez partir de l’évolution de la notion de personnage au travers celle du genre romanesque.
  • Faire le lien avec le sujet.
  • En déduire la problématique possible : Le genre romanesque impose-t-il une transcription des pensées du personnage au lecteur.
  • Le plan rédigé : Dans un premier temps, nous expliquerons que le genre romanesque nécessite la retranscription des pensées du personnage au lecteur, puis dans un second temps, nous démontrerons que les pensées du personnage ne sont pas indispensables. Enfin, nous verrons que le lien entre roman et personnage ne tient pas qu’aux pensées de ce dernier.

 

Développement

 

  1. Le genre romanesque nécessite la retranscription des pensées du personnage au lecteur

    1. Un but réaliste
      • Les pensées du personnage permettent au genre romanesque de « faire vrai », d’être crédible.
        • Les pensées et réflexions de Jacques dans Jacques le fataliste de Diderot sont constamment interrompues par des événements imprévus tout comme dans la vie réelle. L’histoire en paraît davantage réelle.
    2. Être proche du lecteur
      • Pour donner l’envie de lire.
      • Créer une relation avec le lecteur.
        • Le lecteur peut se sentir proche d’un personnage par ses faiblesses : Poil de Carotte, Emma Bovary, par ses peurs : état de Gervaise dans l’extrait du corpus.
    3. L’identification du lecteur
      • Avoir les pensées du personnage permet au lecteur de s’identifier, de ressentir, de réfléchir…
        • L’homme qui dort de Pérec est un homme banal ayant la vie de tout le monde, n’ayant aucune caractéristique particulière. Ses pensées sont celles que nous pouvons tous avoir.
      • Attirer l’attention du lecteur.
  2. Les pensées du personnage ne sont pas indispensables

    1. Parfois, elles n’existent pas et le roman existe
      • Le roman ne nécessite pas forcément la retranscription des pensées du personnage pour exister.
        • Dans les romans de chevalerie, le personnage ne possède aucune dimension psychologique et est réduit à l’état de valeur, de modèle.
      • Certaines œuvres du Nouveau Roman.
    2. Elles gênent l’action
      • L’action ne peut s’embarrasser et être interrompue par les pensées du personnage.
        • Les romans de Jules Verne.
  3. Exprimer des pensées n’est pas la seule fonction du personnage romanesque

    Roman et personnage sont liés. Les pensées de ce dernier permettent de donner une dimension particulière au genre romanesque sans toutefois en être le critère principal.

    1. Le personnage a une fonction narrative
      • Être un outil narratif, aider au récit romanesque.
        • Adjuvant : Sancho Panza pour Don Quichotte
        • Opposant : Voldemort pour Harry Potter
        • Catalyseur : le personnage de Madeleine dans la carrière de Bel-Ami
    2. Le personnage a une fonction sociologique
      • En représentant une classe sociale, le personnage va donner une dimension sociologique, documentaire au roman.
        • Lantier nous livre le monde de la mine mais également la volonté de l’époque de transformer l’organisation sociale pour davantage de justice entre les hommes. – De la même manière, en représentant un type humain, le personnage permet au roman d’apporter au lecteur un apprentissage…
      • Les pensées du jeune Rastignac permettent au lecteur de suivre son évolution et d’évoluer lui-même.
    3. Le personnage a une fonction idéologique
      • Les pensées du personnage peuvent faire réfléchir le lecteur, lui faire prendre du recul…
        • L’évolution psychologique et philosophique de Candide enseigne au lecteur l’esprit critique.
        • La Métamorphose de kafka, l’Etranger de Camus sont aussi des œuvres sur lesquelles s’appuyer.

 

Conclusion

 

  • Bilan des idées trouvées.
  • Ouverture sur une autre question.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus