Sujet BAC séries S-ES français 2015 – écrit d’invention

 

s-es-francais-premiere-2015-metropole-sujet-officiel

 

Corrigé BAC séries S-ES français 2015 – écrit d’invention

 

Pour ce sujet, plusieurs éléments étaient à prendre en compte et les critères à respecter en découlaient.

 

Imaginez la lettre qu’aurait pu adresser Ionesco à un metteur en scène de sa pièce à propos du dénouement.

Dans cette lettre, il explique comment, selon lui, l’actrice doit jouer le rôle de Marguerite et précise les éléments de mise en scène qui accompagnent la mort du roi.

Rédigez cette lettre en vous fondant sur vos expériences personnelles de spectateur et vos lectures.

 

Les critères imposés par le sujet :

  • « lettre » : cela sous-entend :
    • Une mise en page particulière
    • un expéditeur et destinataire
    • un lieu et une date
    • une formule d’adresse et une formule de politesse adaptées
    • plusieurs paragraphes correspondants au nombre d’idées à exposer
      (+ alinéa)
    • une signature « Ionesco »
       
  • Enonciation : « Ionesco » qui s’adresse à « un metteur en scène » donc utilisation du « je » qui s’adresse à « vous ».
  • Sujet de la lettre le « dénouement » de la pièce. Il fallait donc s’appuyer sur le texte du corpus.
  • « comment », « jouer le rôle de Marguerite », « éléments de mise en scène » : le sujet vous imposait de donner des indications sur la façon de jouer soit les gestes, tons, éventuellement décors … le rôle de Marguerite mais surtout, de manière implicite, les raisons et buts de ces indications notamment celui de susciter l’émotion du spectateur. Il était donc nécessaire de se projeter en tant que metteur en scène de cet extrait.

 

Plusieurs possibilités étaient envisageables. Voici une proposition possible de ce que Ionesco aurait pu adresser comme indications scéniques au metteur en scène de sa pièce :

 

– Lorsque Marguerite parle du roi en utilisant le pronom « il » : Elle se tourne vers le spectateur et utilise un ton froid puis lorsqu’elle parle au roi, elle se tourne vers lui et utilise la douceur. L’idée étant de montrer que c’est la femme du roi et qu’elle l’aime, elle s’adresse donc à lui avec douceur Mais parallèlement, Marguerite représente la mort qui veut attirer le roi, elle se montre douce pour ne pas l’effrayer. Le contraste créé par le changement de ton et de position signifie bien au spectateur qui est Marguerite. Le spectateur peut être attendri mais aussi surpris.

 

– Afin de montrer au spectateur le fait que la mort est en train d’emporter le roi, voici quelques indications : Les personnages du roi et de Marguerite peuvent débuter l’extrait à gauche de la scène. Le roi étant un peu en arrière de Marguerite. Lorsque celle-ci s’écarte comme l’indique la didascalie du texte, elle recule progressivement comme pour le guider et l’attirer tout en lui faisant face. Le roi la suit doucement et fébrilement et de temps en temps fait mine de se détourner du chemin. Marguerite redouble alors de douceur, le rassure. Ils iront jusque la droite de la scène où le fauteuil qui symbolise l’ultime fin est placé de côté. Parallèlement au cheminement des deux personnages, Le personnage de Marguerite effectue des gestes pour rejeter les « mains, loup, la vielle femme… ». Ceci toujours dans le but de rassurer et attirer le roi. Elle lui permet de mourir en douceur, de briser sa révolte contre la mort mais également l’attire en tant que mort elle-même

 

– Enfin, devant le trône, Marguerite s’écarte pour laisser le roi emprunter « la passerelle » et accéder au trône. Elle reste face au public, en arrière plan du roi et du trône. Puis, elle se place derrière le trône qui est de côté afin que le roi puisse obéir à ses ordres tel que « Regarde-moi » … Lors de la dernière phrase « Tu peux prendre place », Marguerite se tourne vers le spectateur en montrant le fauteuil d’une main. Son ton change, il est de nouveau froid. Ce ton et le fait de regarder le spectateur doit lui faire penser qu’elle s’adresse à lui et provoquer l’émotion chez lui. Il peut être horrifié au spectacle de cette fin inévitable, ressentir de la colère face au personnage de Marguerite / la mort qu’il voit, impuissant, emporter le roi. Et enfin, avoir peur face au regard et à cette invitation « Tu peux prendre place ».

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus