Le texte : Le Lac de Méditations poétiques (1820), Lamartine

 

Le lac
 
Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter l’ancre un seul jour ?
 
Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s’asseoir !
 
Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.
 
Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.
 
Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
Laissa tomber ces mots :
 
 » Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !
 
 » Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.
 
 » Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.
 
 » Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! « 

(strophe 1 à 9)

      

Commentaire Le lac de Méditations poétiques

 

Introduction

 

  • Un des poèmes les plus connus du Romantisme, et peut-être même de la langue française.
  • Avec le vers « Ô Temps, suspends ton vol ».
  • Lamartine reprend une histoire tragique qu’il lui est arrivé : la mort de sa fiancée Elvire.
  • C’est le prétexte à une réflexion d’ordre général sur le temps passé, la perte, la mort.
  • De l’anecdote personnelle, nous arrivons à une « méditation » philosophique.
  • C’est un des aspects du Romantisme

 

Problématique 

 

Comment le poème devient une méditation philosophique ?

     

Plan 

         

1ère partie → l’évocation d’un amour ancien

2ème partie → la méditation philosophique

          

  1. L’anecdote amoureuse

    1. Un poème d’amour
      • Comme de nombreux poèmes, ce poème s’apparente d’abord à un poème d’amour : « le vent jetait l’écume de tes ondes / Sur ses pieds adorés », « le bruit des rameurs qui frappaient en cadence / Tes flots harmonieux. »
      • Un amour malheureux, puisque que nous comprenons dès le début que la femme aimée n’est plus là.
      • C’est l’évocation du souvenir de cette femme qui est le premier sujet du poème.
      • « l’année à peine a fini sa carrière, / Et près des flots chéris qu’elle devait revoir ».
      • Puis, cette femme revient et parle au poète : « Tout à coup », « la voix qui m’est chère / Laissa tomber ces mots ».
      • c’est une prosopopée : le poète fait parler une morte !
             
    2. Un poème de la douleur
      • La douleur est donc omniprésente dans ce poème.
      • Elle s’exprime à travers des effets poétiques.
      • La ponctuation « Ô lac ! », « Regarde ! », « Où tu la vis s’asseoir ! », « Ô temps ! », « heures propices ! », « Des plus beaux de nos jours ! », etc.
      • Les jeux de sonorités : « toujours poussés », « nouveaux », « nuit », « retour », « pourrons-nous », « jour », avec une assonance en « ou » qui mime la plainte.
      • La fantôme de la jeune femme privilégie le « o » : « Ô », puis « vol », « propices », « votre », « beaux ».
      • La douleur est un thème favori du Romantisme français (cf Musset)
             
    3. Le lac
      • Le titre offre au poème un sens nouveau.
      • C’est le calme, la réflexion, la méditation : en tant que surface lisse où se reflète l’image, c’est le retour sur soi et l’introspection.
      • C’est la thématique de l’eau aussi : l’eau, c’est le temps qui passe.
      • C’est une allégorie
            
        [transition]
              
  2. La méditation philosophique

    1. La Nature
      • Lamartine privilégie la thématique de la « nature ».
      • La nature est en accord avec les sentiments humains : il y a une harmonie universelle.
      • Personnification du lac et personnification du temps.
      • Le poète tutoie les éléments naturels : « tu la vis », « tu te brisais », « tes ondes », « t’en souvient-il »
      • Rapport intime entre l’homme et la nature, selon les principes de Rousseau (Les Rêveries du Promeneur solitaire)
             
    2. La réflexion sur le temps qui passe
      • L’enjeu profond du poème est cette réflexion sur le temps qui passe.
      • En fait, il s’agit davantage d’une « méditation », comme l’indique le titre du recueil.
      • Il ne s’agit pas de construire un raisonnement sur le temps, mais d’évoquer son implacabilité.
      • Ce thème du temps qui passe est un thème classique : c’est le tempus fugit antique.
      • La première strophe nous donne d’emblée le vrai sujet du poème : « Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, / Dans la nuit éternelle emportés sans retour, / Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges / Jeter l’ancre un seul jour ? ».
      • Il en ressort un cri, devenu célèbre : « Ô temps ! suspends ton vol ».
           
    3. L’élégie
      • La forme poétique adoptée répond à cette thématique : l’élégie.
      • D’abord des strophes saphiques : trois alexandrins et un hexasyllabe, avec un effet de chute par l’hexasyllabe plus court ;
      • Puis une strophe purement élégiaque, avec l’alternance d’alexandrins et d’hexasyllabes, quand Elvire parle.
      • C’est le lyrisme.
      • Lamartine reprend la tradition classique gréco-latine pour faire parler la fiancée morte.
      • De cette tradition classique antique, il reprend aussi le thème du carpe diem : « Aimons donc, aimons donc ! De l’heure fugitive, / Hâtons-nous, jouissons ! ».
      • Mais avec une tonalité particulière, puisqu’il est déjà trop tard.
      • Nous sommes dans le pathos poétique, propre aux Romantiques.

 

Conclusion 

    

  • La méditation est surtout pleine d’émotions : c’est la douleur qui prédomine dans ce poème.
  • Mais Lamartine s’inscrit dans une longue tradition, de l’Antiquité à Rousseau, qui donne à son poème sa portée universelle.
  • Ce qui fait de lui un des chefs de file du Romantisme en France.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus