Le texte : Fantaisie de Odelettes (1831), Nerval

 

Fantaisie

Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.

Or, chaque fois que je viens à l’entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit :
C’est sous Louis treize ; et je crois voir s’étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit,

Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs ;

Puis une dame, à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J’ai déjà vue… et dont je me souviens !

 

Commentaire Fantaisie de Odelettes

 

Introduction

 

  • Poète romantique, Gérard de Nerval tient cependant une place particulière dans le paysage littéraire français.
  • Attiré par les sciences occultes, par le mysticisme et le spiritualisme, il est le grand traducteur du Faust de Goethe.
  • Toute sa vie atteint de crises de folie, il finira par se suicider en se pendant au lampadaire d’une rue de Paris.
  • Le poème « Fantaisie », tiré du recueil Odelettes, paru en 1834, évoque le souvenir d’une vie antérieure.
  • Souvenir survenu par la musique.
  • C’est un véritable art poétique que nous offre Nerval, une certaine vision de la poésie.

 

Problématique 

 

En quoi le récit de cette réminiscence révèle-t-il l’essence poétique selon Nerval ?

     

Plan 

       

1ère partie → la réminiscence

2ème partie → l’essence de la poésie

       

  1. La réminiscence

    1. Un passé antérieur
      • Le poème raconte un souvenir évoqué par la musique.
      • Mais ce souvenir est d’une nature un peu spéciale, puisqu’il a eu lieu il y a plusieurs siècles, ou peut-être parce qu’il n’a jamais eu lieu : « De deux cents ans mon âme rajeunit : / C’est sous Louis treize ».
      • À partir du XIXe siècle, siècle de Nerval, nous remontons à la première moitié du XVIIe siècle.
      • Se développe alors un imaginaire construit sur des indications pittoresques :
      • « un château de brique à coins de pierre », « vitraux teints de rougeâtres couleurs », « grands parcs, avec une rivière », « haute fenêtre », « habits anciens », « une dame ».
      • Nous sommes dans un imaginaire médiéval (qui ne correspond pas vraiment à la date donnée par le poète).
      • C’est une rêverie.
             
    2. Le mouvement du poète
      • Le poème indique un mouvement précis.
      • Il y a une progression caractéristique qui lui donne son sens.
      • La première strophe traite du thème de la musique.
      • Par la musique, le poète pénètre dans une époque passée.
      • La deuxième strophe plante le décor : « Louis treize », « coteau vert », le « couchant ».
      • C’est le début de la vision, du voyage mental.
      • La troisième strophe est plus précise.
      • Après le décor général, nous avons le château, et la description du parc.
      • Enfin, dans la quatrième strophe, nous sommes au plus près du château, au plus près du détail et nous découvrons alors une « dame ».
      • C’est un mouvement du général au particulier, de l’ensemble au détail.
            
    3. Une châtelaine
      • Tout le poème tend vers l’apparition de la « dame ».
      • Ce poème est donc aussi un poème d’amour.
      • Nous avons un portrait de cette femme : « blonde » ; « yeux noirs » ; c’est une « dame », « à sa haute fenêtre », avec des « habits anciens ».
      • Elle est symbolique : ces attributs sont des caractéristiques symboliques plutôt que réelles.
      • Elle représente donc l’idéal et l’immortalité de l’âme.
      • Qui sont des grands thèmes de la poésie nervalienne.
      • L’ensemble n’en est pas moins inquiétant : le souvenir est une vision, l’air est « très vieux, languissant, funèbre ».
              
        [transition]
               
  2. L’essence poétique

    1. La poésie comme musique
      • La première qualité (en tant que définition) qu’attribue Nerval à la poésie est la musicalité.
      • La musique est spirituelle, elle parle à l’âme.
      • C’est un abandon total : « Il est un air pour qui je donnerais / Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber ».
      • Cet « air » est « très vieux, languissant et funèbre ».
      • Quel est cet « air » ? Le poète ne le précise pas. C’est un « air » imaginaire, une musique idéale, celle de l’âme, peut-être une musique populaire.
               
    2. L’intemporalité
      • Cet « air » est un air intemporel.
      • Les époques se confondent dans l’imagination : « Louis XIII », des « vitraux », « château de brique à coins de pierre », un air ancien…
      • C’est la mise en avant du passé par rapport au présent.
      • Ce n’est pas tant une époque qu’une vision.
      • Le poète vit une expérience mystique : il sent son âme immortelle.
      • Ce n’est pas la peinture qui est pris en modèle (figurative), mais la musique (non-figurative).
      • C’est l’irreprésentable.
      • D’où le titre : « fantaisie », à la fois « bizarrerie », « caprice », mais aussi, étymologiquement, « vision », « fantôme ».
              
    3. La métempsychose
      • Cela est lié à une croyance bien spécifique à Nerval : la métempsychose.
      • La doctrine apparaît souvent dans son œuvre, par exemple dans la série de sonnets intitulée Les Chimères.
      • La métempsychose est la « réincarnation de l’esprit dans plusieurs corps humains, animaux ou végétaux. »
      • C’est une croyance ancienne, antique, présente dans les religions à mystères, ou encore en Inde et dans la tradition juive.
      • Mais cette doctrine est ici liée à la mélancolie et à la mort : « funèbre ».
      • C’est à la fois une échappatoire et une condamnation.

 

Conclusion 

 

  • Poème de la vision.
  • Inaugure une tradition française : Baudelaire qui, lui-même parle de « spleen » et d’« idéal » (titre d’une section de Les Fleurs du mal) et Rimbaud, bien sûr (« je me fais voyant »).
  • Annonce le Surréalisme.
  • Fait de Nerval un des précurseurs, sinon un des grands poètes de la modernité.

 

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus