La problématique du langage dans le Cratyle de Platon, la définition du nom

 

Notion du BAC : La culture/Le langage

 

Introduction

 

Dans le cadre de notre étude sur la culture, nous allons analyser la problématique du langage dans le dialogue platonicien intitulé le cratyle. Le prologue du philosophe ne consiste jamais à raconter dabord lhistoire, nous avons en revanche lévènement dune rencontre, cest le début du dialogue. Les personnages Hermogène et Cratyle opposent des opinions, doxai en grec qui vient du verbe paraitre, lopinion peut se transcrire au sens de croire, dimaginer, de croyance qui ne peut pas rendre raison d elle-même, il ny a donc pas de science, épistémè. Lopinion saccompagne dune suffisance intérieure, elle apparait comme sachant. Les interlocuteurs ont chacun une doxa et non une épistémè. Ils nont pas darguments suffisamment forts pour les confronter. Hermogène est entre deux doxai, il penche plutôt pour lune, en faveur dune opinion mais cela ne suffit pas pour la confronter à la doxa opposée, cest la situation initiale du dialogue. Nous assistons à un conflit de doxai qui nest pas dialectique au sens platonicien. On se place du côté du vraisemblable au plausible. Chez Platon, la dialectique ne sexprime pas en termes de conflit, de confrontation, une doxa ne peut donc pas lemporter sur une autre doxa. Hermogène ne croit pas savoir comme les autres personnages, cela contredit la typologie des dialogues. Il est conscient de son propre embarras et non de son ignorance, il a conscience quêtre incliné à plutôt croire ceci plutôt que cela sans avoir assez darguments pour fonder sa pensée en raison est embarrassant. La structure du dialogue ne vise pas la prise de conscience dune ignorance, il ny a pas à ce niveau passage dune conscience ignorante à une conscience consciente de son ignorance. Nous verrons en quoi et comment se pose le problème du langage dans le dialogue de Platon. Nous nous pencherons sur la définition du nom et la prise de position des personnages par rapport aux interrogations relatives à cette problématique du langage, nous comprendrons alors que tout le sens de cette réflexion se joue entre le nomos et la phusis, la convention ou la nature, la question des mots est elle naturelle ou conventionnelle ?

 

La définition du nom, onoma

 

Onoma signifie le mot, le nom propre en grec, le nom avant de renvoyer aux choses renvoie à une expérience inter humaine qui est toute entière dans le kalen, le verbe appeler. Le nom est le nom dont on appelle quelquun, cest la signification de la phônè, la parole vocative par opposition à la parole indicative. Elle exprime la nature de celui qui est dénommé. La phônè est le son naturellement émis par un animal, par métaphore, cest le son dun instrument, de la voix, de la mer. Sappeler les uns les autres, cest faire advenir à la présence celui qui était absent, cest se rendre présent. Il faut envisager chacun en lui-même, dans sa nature propre. Il faut créer, et créer, cest appeler à lexistence, faire venir à la présence labsent, appeler à être là celui qui ne lest pas. Lexistence soppose à lessence, il faut appeler quelquun par son nom, le faire venir par la voix et donner à une chose son vrai nom, faire venir à son nom, son essence. Le nom est envisagé comme partie de la phônè, nom propre, nom de chacun. Cest la portée, le sens du logos, il se situe entre les hommes. Il y a une découverte des syllabes, éléments qui sont des voyelles, consonnes dans lunité vocable. Lanalyse des syllabes renvoie à lanalyse linguistique du Vème siècle. Cette décomposition a rendu possible lalphabet, la décomposition dans la phônè. Platon parle comme une chose acquise dans plusieurs de ses dialogues. Lhomme est définit comme un animal qui parle et qui est doué de logos. La syllabe a un double sens, une double signification de lêtre et de lélément qui nest pas encore précisé ici. Nous avons un logos, un discours sur la nature, la phusis, qui est une décomposition de la phônè en éléments, une structure atomiste, une composition du monde en des petits éléments, particules insécables. Il y a donc une inspiration tirée de cette spéculation de la phônè.

 

La position d’Hermogène

 

Il a une opinion, une doxa, quelque chose dont on est sûr mais dont on ne peut rendre compte, il ne prétend pas savoir ce quil ne sait pas. Il pense que les mots dont affaire dhommes. Mais il est prêt à se rendre à lavis de Cratyle. Il demande à Socrate de léclairer sur la doxa de Cratyle qui na pas non plus une doxa suffisamment construite. Trasymaque a le sentiment de savoir ce quest la justice fin du livre I de la République, cest lexpression de ce quil pense en un discours décisif, avec un sourire qui prétend tout savoir. Hermogène se présente de façon plus humble. Nous avons une opposition du concept de la loi, nomos. Le premier sens du nomos est la convention et la coutume, le nom institué par convention, ce sur quoi les hommes se mettent daccord, institution humaine à lintérieur dune communauté humaine. Ce fut une affaire de coutume pendant des siècles jusquà ce que la loi soit écrite afin dêtre connue de tous. Les lois divines non écrites sopposent aux lois écrites édictées par exemple par Créon, les lois sont humaines dans Antigone, cest lunique texte littéraire dans lequel la signification du nomos à une autre signification que conventionnelle. Placer lidée de Dieu au dessus de celle de lhomme, Dieu transcendant à lhomme, cest placer la justice en parenté avec le divin. Dune façon générale, nous avons une opposition entre le nomos et la phusis, cette opposition se retrouve dans le Cratyle, entre Hermogène et Cratyle. Chacune défend son opinion. Le mot est une affaire dhommes, cest la phusis ou encore le mot est un affaire de convention.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC