Comment concilier la liberté et Dieu ?

 

Notion du BAC : La culture/La religion

 

Introduction

 

Nous allons étudier la thématique de Dieu et de la liberté. Comment Dieu se représente til une infinité de mondes possibles puisque selon Leibniz son entendement nest quessence? Comment dans lentendement les simples possibles ont-ils pu devenir des mondes possibles? Pour reprendre la terminologie de Spinoza, nous pouvons nous poser la question de savoir comment les attributs de Dieu se modifient. Pourquoi y a-t-il une nature naturante et naturée ? Comment comprendre la question des possibles? En quoi consiste la problématique des possibles en Dieu? Cela sera lobjet de notre première partie. Dans une seconde partie nous analyserons la question de la régularité de laction divine avec Kant, Leibniz et enfin le système stoïcien qui fait dominer la notion de destin. En troisième lieu, nous étudierons le concept de miracle selon Leibniz et les implications dans son système philosophique. Nous nous pencherons également sur le terme de permission qui nous permettra de justifier certains points de la conception leibnizienne de la liberté relativement à la question de la volonté générale et de la volonté particulière, toujours en rapport avec Dieu. Comment permet-il à lhomme de faire le mal ? Cela nous amènera à considérer la liberté en Dieu

 

Les possibles en Dieu

 

La réalité selon Kant nous ramène à laffirmation transcendantale. Ce en vertu de la consistance ontologique des prédicats qui expriment de lêtre et dautres des privations. Au sens platonicien, nous parlons de participés par exemple une chose juste est toujours moins juste que la justice elle-même. Dans lentendement de Dieu, les prédicats, les réalités sont la forme des participés. Pour St Augustin, Dieu est sa propre grandeur sinon il serait inférieur à la créature à laquelle il participe. Le monde comprend donc une infinité de participants que nous appellerons pour reprendre la terminologie leibnizienne, des monades, de véritables substances. En un certain sens les réalités qui sont dans lentendement de Dieu deviennent les participés participant dans lentendement divin, cest une sorte de concrétisation des réalités, des possibles.

 

Le problème de la régularité de laction divine

 

Kant affirme que la nature est lexistence dobjets sous des lois. Cest le point fondamental, la légalité de la nature. Il ny a pas dobjets dans la nature sans lois, cest la condition même pour quil y ait existence des objets de la nature. Dans la version classique, la volonté divine impose les lois, les lois sont des volontés générales qui valent pour un ensemble de particuliers. Dieu a crée selon Leibniz comme totalité, les lois sont établies comme des volontés générales de Dieu, des volontés de substances. Mais il y a une ambiguïté. Comment peut on considérer que la volonté en Dieu consiste à poser des substances comme si la volonté divine allait à la généralité, Dieu crée donc des lois. Ontologiquement pour Leibniz, la loi a une singularité. La substance va dérouler une suite indéfinie de prédicats. Lindividualité est définie par une certaine loi. Leibniz va jusquà lindividualité de la loi, la loi unique pour un individu, adéquat pour lui seul. Il y a une seule et même loi qui est lindividualité même. Cest le rôle de la singularité qui va se déterminer et avoir différents états suivant des lois.

Lidée se précise avec le système stoïcien du destin. A lêtre ou corps, les stoïciens opposent les incorporels, le lieu, le vide et le temps exprimable. La thèse est la suivante; un corps est cause pour un autre corps de quelque chose dincorporel qui est un évènement. Par exemple, être brûlé est de lordre de lévènement. Nous avons un enchaînement des évènements qui est le destin, cest le lieu entre tous les évènements. Le destin nest aucunement quelque chose qui résonne sur les causes. De lêtre dans lunivers à lévènement dans lunivers, le destin obéit à labsolu nécessité. Cest une philosophie selon laquelle les évènements sont comme des rôles. La liberté nest pas le destin, elle va jouer dans lêtre, cest lattitude que jaurais pu avoir dans mon rôle. La liberté se définit comme acceptation de la nécessité. Mais comment comprendre lattitude que jai face au destin? Cette attitude est elle comprise dans le destin ?

Pour Leibniz, il faut poser la loi de lindividualité de la substance. La substance renvoie à la fois au sujet pour la spontanéité, à la loi pour la régularité et elle dynamise, cest une action qui pose les prédicats les uns après les autres. La définition de la spontanéité est perçue comme neutre. Lidentité de la substance comprend donc, la spontanéité et la régularité. La substance individuelle pose elle-même tous les termes de sa propre série, cest la virtualité de la substance qui la détermine. Cette philosophie lève la difficulté du destin, les évènements ne sont pas quelque part mais ils sont virtuellement compris dans la notion. Les lois sont identiques à lessence de la substance. Tout arrive spontanément à lintérieur des substances. Lidée essentielle est de poser la spontanéité et la régularité. Dieu crée le monde comme tout de la substance. Il crée des êtres singuliers, Dieu en fait réunit un monde, cest-à-dire, des substances sont réunies les unes aux autres, cest lharmonie préétablie. Quest-ce que la volonté particulière? La volonté conséquente de Dieu est une volonté qui est dotée dune certaine généralité en tout, elle veut le monde. La volonté est-elle le particulier ou luniversel? Dieu veut-il le phénomène ou lévènement singulier? Dieu veut pour la volonté générale, sa conservation de la volonté générale, les volontés particulières ne sont quen vertu de volonté générale. Ainsi nous pouvons affirmer que la volonté est législatrice avant dêtre exécutrice. Qu’en est il du problème du miracle, comment le péché peut il être compris? Selon Leibniz, Adam pèche et Dieu permet le mal car il est fidèle à la volonté générale d’Adam qui a une volonté particulière. Dieu, lui est astreint aux lois générales, il rend possible la liberté de l’homme de choisir le mal. C’est pourquoi la notion de miracle nous familiarise avec l’idée selon laquelle la volonté particulière contredit la volonté générale. En effet le miracle permet à Dieu de changer l’ordre des choses et de faire en sorte que les choses changent et soient autrement. C’est l’insurrection d’une volonté particulière par rapport à la volonté générale. Selon Leibniz, le miracle est le signe d’une volonté supérieure. Mais qu’en est il de la liberté en Dieu? Car en fait la liberté de Dieu diminue puisqu’il ne peut pas réitérer l’histoire. Il ne peut pas faire que ce qui a été ne soit plus, le passé est irréversible et la liberté de Dieu donc sa puissance du même coup, se temporalisent. Ce qui nous amène en conclusion à poser et mettre en avant l’ambiguïté du pardon. Dieu tout puissant peut annuler l’effet du péché mais ne peut pas faire qu’il ne se soit pas passé, qu’il n’ait pas eu lieu. L’évènement du péché ne peut disparaître. Dieu ne peut par conséquent pas faire disparaître l’irréversibilité du passé qui serait une limite à la toute puissance divine.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC