Le principe de raison suffisante

 

Notion du BAC : La raison et le réel

 

Introduction

 

Dans le cadre de notre étude sur la raison et le réel, nous verrons le principe de raison suffisante, sa définition, ses implications et ses représentants. nous savons que ce principe permet de rendre compte du rationalisme en tant que doctrine qui pose que la connaissance relève de la raison contrairement à lempirisme qui pose la connaissance dans lobservation et lexpérience. Dans un premier temps, nous verrons la formulation du principe de raison suffisante avec Leibniz puis sa théodicée, en dernier partie, nous nous pencherons sur les conséquences du principe de raison suffisante.

 

La formulation du principe de raison suffisante

   

Leibniz ouvre son système philosophique en mettant en avant la substance, là où Leibniz commence par la substance, Descartes commence par lesprit et Spinoza par Dieu. Cest avec Leibniz que le principe est formulé. Il faut rendre compte des choses par une raison qui puisse déterminer pourquoi une chose est ainsi plutôt quautrement. Rien narrive sans que soit possible de rendre une raison qui suffise pour déterminer pourquoi il en est ainsi et pas autrement. Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? Car le rien est plus simple et plus facile que quelque chose. Supposons que ces choses doivent exister, il est nécessaire de rendre raison, à savoir, pourquoi elles doivent exister. Il faut rendre compte de la raison suffisante de lexistence de lunivers. Il est nécessaire quelle soit hors de cette suite des choses contingentes et se trouve dans une substance qui est en soi la cause sinon on naurait pas de raison suffisante. Cest par ce principe que lélévation vers la métaphysique est possible. La question métaphysique nest pas à elle-même son propre fondement. Il ny a pas dénonciation vraie ou existante sans quil y ait une raison suffisante. Leibniz affirme que « nos raisonnements sont fondés sur deux grands principes, le principe de contradiction et le principe de raison suffisante ».

   

La théodicée de Leibniz

   

Le philosophe affirme que rien nest sans raison, cest la formulation négative du principe de raison suffisante, la portée est ontologique., rien nest produit sans raison, chaque étant à une cause, il existe une raison pour rendre compte du pourquoi, pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? Les différents principes que la réflexion de Leibniz va inventorier dépend du principe suprême, la raison suffisante car il est actif quoique inaperçu dans toutes les démarches. Toute vérité est analytique. Le prédicat est inhérent au sujet, rien nest sans raison sinon cela signifierait quil y aurait une vérité qui ne pourrait pas se résoudre. Le pourquoi est la source de toute science. Schopenhauer affirme, « si la raison se présente en vertu de cette exigence cest en vertu de son principe suprême, le principe de raison commande tout, la raison exige ».

   

Les conséquences du principe de raison suffisante

     

Ce principe de raison suffisante nous permet ainsi de rendre compte de tout, cela signifie que la raison peut tout comprendre. Ce principe vaudrait donc comme un principe explicatif, il est aussi appelé, le principe duniverselle intelligibilité, il nous faut toutefois admettre quil admet quelques variétés. Nous savons que tout est explicable et quainsi lintelligibilité est fondée, cela détruit la contingence et nous tourne vers une connaissance nécessaire et universelle. Il ny a plus de hasard, tout sexplique. Nous sommes au cœur du rationalisme car pour que tout soit intelligible, il faut quil y ait pour toute chose une raison suffisante. Lautorité de la raison semble fonder le réel car le principe est conforme à lexigence duniverselle intelligibilité. Nous pouvons rendre compte de tout selon la causalité, tout changement a une cause, tout fait doit avoir une cause, le principe de causalité est perçu comme corollaire du déterminisme, tout fait a une cause et un effet, le hasard disparaît, tout fait doit avoir une loi. Enfin, nous devons ajouter que tout fait a une finalité, la nature ne fait rien en vain. Il y a en outre une exigence didentité, une chose doit être ce quelle est autrement dit, elle ne doit pas contredire sa définition. Dans le Gorgias, Calliclès affirme, « tu me reproches de dire toujours les mêmes choses, moi je te reproche de dire toujours des choses différentes ». Socrate nous demande de rester fidèle au point de départ du dialogue. Être identique à soi, les êtres ne sont descriptibles que par une tautologie. Seul demeure le principe didentité, il faut poser la similitude totale à soi même. Dune chose nous pouvons dire, une chose est elle-même et une chose est lensemble de ses propriétés.

   

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC