La philosophie pascalienne

 

Notion du BAC : La raison et le réel/La vérité

 

Introduction

 

Nous allons étudier, dans le cadre de la raison et du réel, la philosophie pascalienne. Nous savons que le penseur pose le cœur comme un nouvel ordre de connaissance, Pascal affirme que « le cœur a des raisons que la raison elle-même ignore », contrairement à Descartes qui considère que la raison est le seul moyen d’atteindre la vérité indubitable ainsi que le montre le cogito. La raison serait pour le penseur cartésien, fiable. Grâce au raisonnement hypothético déductif, l’homme peut atteindre en philosophie une certitude égale à la certitude mathématique en partant d’une notion simple comme l’intuition, la chaîne de déductions est possible sans pour autant partir d’un principe déduit. Ce raisonnement transposé à la philosophie nous conduit à poser le « je pense donc je suis ». Pascal au contraire fait du cœur une raison intuitive. Nous allons voir les faiblesses de la raison pascalienne ainsi que ses contradictions dans l’intégralité du système philosophique pascalien. Nous verrons comment et pourquoi l’homme doit se fier à sa raison intuitive autrement dit à son cœur au point de se laisser guider par lui dans la vie.

 

Les faiblesses de la raison

  

La raison est soumise à des forces diverses, à des facultés plus puissantes qu’elle. Tout d’abord l’imagination, il en va de même chez Descartes, ce n’est pas une imagination créatrice, elle est une puissance trompeuse qui empêche la raison d’atteindre la vérité. L’oubli perturbe également cette faculté. Je peux perdre les vérités découvertes Il faut beaucoup de temps et beaucoup de patience à la raison; tous les raisonnements ont besoin de temps dit Pascal. Il démontre ainsi ce que l’on veut et ce que l’on a intérêt à croire. Même si la raison n’avait pas cette faiblesse, elle n’est pas primordiale du fait » qu’elle n’est pas la faculté dominante chez l’homme », et ajoute t’il, « l’homme n’agit point par la raison qui fait son être ». En supposant que nous soyons des animaux raisonnables, cela ne nous fait pas agir. Nous n’agissons pas par animalité, même si la raison était essentielle, elle n’est pas ce qui nous force à agir. L’instinct est une première vérité. La raison est livrée à elle-même, elle est en proie à des contradictions, elle dépend de prémisses, de principes indémontrables alors que le cœur est une raison immédiate.

 

Le cœur a rapport avec l’être. Le cœur nous dit Heidegger donne le « il y a », si l’on ne peut définir l’être, on peut donner un sens à ce qu’il est par le cœur. On ne peut entreprendre de définir l’être sans tomber dans cette absurdité. Il faut par conséquent avoir ce pré savoir qui est la compréhension sur quoi repose la connaissance. Ainsi les contradictions de la raison sont nombreuses. Elle est incapable de s’établir sur ses propres bases, si elle ne se réfère qu’à elle-même, elle sombre dans le dogmatisme. Elle est faible et impuissante car elle ne peut réfuter le scepticisme. Nous sommes entre l’extrême rationalisme qui voudrait se passer des vérités de l’expérience et le scepticisme qui est insoutenable. Ce qui est contradictoire, c’est son caractère axiomatique lui-même. Il suffit de poser des hypothèses et d’en tirer des conclusions pour être rationnel dans le sens hypothético déductif. Il faut fonder la raison sur ses connaissances du cœur qui ne sont pas des axiomes posés par nous mais naturels. Il nous faut rejeter l’aspect arbitraire de la raison laquelle est purement axiomatique. Les logiciens sont considérés comme des hérétiques. L’idée est qu’un raisonnement doit être cohérent, mais cela ne repose que sur une convention. La raison par elle-même est conventionnelle si elle ne repose pas sur une source plus cohérente, plus forte qu’elle. Elle est la non contradiction, mais la contradiction est une mauvaise marque de vérité. La raison a une vérité logique mais ce n’est pas la vérité recherchée par Pascal.

 

Cette intuition de l’être qui est le cœur est aussi un amour de l’être. Le penseur affirme, « Dieu sensible au cœur et non à la raison ». La raison n’est pas sensible est c’est là son moindre défaut. La critique de la raison doit précéder l’explication du cœur chez Pascal. Toutes les vérités ne sont pas démontrables, par exemple, l’existence ne l’est pas. On peut savoir d’une chose qu’elle est sans savoir ce qu’elle est. Il est impossible de démontrer l’universalité du principe de contradiction, l’absence de contradiction n’est pas une marque de fausseté cependant. En géométrie, la raison ne démontre pas l’existence même de l’espace, du temps, du mouvement, du nombre. Toutes les vérités ne sont pas compréhensibles. L’infini est démontrable sans pour autant être compréhensif. Pour toutes ces raisons, l’homme ne doit pas aveuglément faire confiance à la raison, mais suivre ce nouvel ordre de connaissance qu’est le cœur, sa raison intuitive.

    

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC