La conscience et la phénoménologie

 

Notion du BAC : Le Sujet – la conscience

 

Introduction

 

Dans le cadre de notre étude sur la conscience relativement à notre séquence sur le sujet, nous étudierons la conscience et la phénoménologie, nous expliquerons la citation bien connue, « avoir conscience c’est avoir conscience de quelque chose », en second lieu, nous nous pencherons sur les opérations de la conscience, enfin, nous conclurons notre analyse sur la notion d’inconscient dans le psychisme humain comme instance.

 

Conscience et phénoménologie« Avoir conscience cest avoir conscience de quelque chose »

  

Pour Husserl, « toute conscience est conscience de quelque chose », « toute conscience est conscience dobjets, cest-à-dire, dautre chose que la conscience. Nous sommes en face de la conscience; Nous naissons au monde dans le percevoir, nous sommes projetés. Lintentionnalité définit la conscience comme le fait davoir une conscience spontanée par le seul fait de naître au monde dans le percevoir. Lintentionnalité est une direction, une intention. Cest la conscience de quelque chose qui se porte vers. Nous avons ici la manifestation de lêtre ou des êtres dans leur totalité. Cest la traduction grecque de « phénomène » : apparaître. La conscience est par conséquent une apparition du monde, le monde est-ce qui paraît et paraître, cest être au monde. Il y a donc réciprocité. Nous avons une scission entre le sujet qui a conscience et ce dont il a conscience, le sujet et lobjet de sa conscience. Lapparition du monde prend le sens suivant, cest un état de ce dont lhomme a conscience et non pas le fait quil soit conscient dêtre au monde. Il y a une antériorité au sein de laquelle jémerge, « il y a un monde ». Ainsi la conscience spontanée est une ouverture sur le monde, cest un aller et retour vers lorigine. Mais lêtre conscient peut il se tourner vers son acte de perception? Lobjet qui se réfléchit na pas conscience de lui-même. Or, la conscience est celle qui peut réfléchir et se découvrir comme conscience réfléchie. 

 

Les opérations de la conscience

  

Il existe en elle trois sortes de sujets pensants; nous avons dans un premier temps le sujet psychologique. Cest lensemble des états de lâme. Cest une activité de lesprit. Cest la pensée dans son intériorité et sa spiritualité. Descartes nous dit en substance que le sujet psychologique renvoie aux opérations de la volonté, de lentendement, des sens et de limagination. En second lieu, nous pouvons citer le sujet transcendantal. Nous mettrons en avant la citation dHusserl, « toute conscience est conscience de quelque chose »; cela signifie que toute conscience est conscience dun objet transcendant à elle. Une conscience sans objets nest pas une conscience; elle ne peut exister que si elle est conscience de quelque chose dautre quelle-même. Cest la visée phénoménologique dintentionnalité. La conscience est intentionnelle, cest-à-dire, tournée vers quelque chose qui nest pas elle. La vie de la conscience nest pas une vie intérieure mais intentionnalité, visée regard vers quelque chose dextérieur à soi. Enfin nous pouvons ajouter à la conscience psychologique et transcendantale, le sujet ontologique. Cest lêtre même de la conscience. Je pense donc je suis, je suis une substance pensante. Nous pouvons le formuler autrement et dire, cest lessence de la conscience, penser la pensée; en fait nous pouvons affirmer que la conscience est lesprit car la pensée est par essence ce qui constitue la conscience.

 

Révélation de linconscient dans le mental de lhomme

 

Linconscient et le conscient sont deux constituants de la même instance supérieure : le psychisme. La psychanalyse, Freud, découvre la méthode cathartique, la purification par la parole et lhypnose; le passage de linconscient au conscient constitue la guérison du patient. Il faut dépasser les résistances et les refoulements. Nous pouvons faire une analogie entre la psychanalyse freudienne et la philosophie socratique : il accouchait les esprits de leur vide par la parole purificatrice, le jeu des questions et des réponses, appelé la maïeutique. En conséquence, on peut dire que par les mots les disciples de Socrate se débarrassent, se libèrent de leur ignorance. La méthode dialectique est cathartique. Les mots libèrent. De lignorance qui signore, on passe à lignorance qui se sait. Nous pouvons mettre ainsi en avant le rôle curatif de la parole. Freud par la psychanalyse découvre la méthode cathartique la parole, il y a donc passage de linconscient au conscient par le dépassement des résistances et des refoulements. Les mots sont libérateurs des maux. En ce qui concerne la révélation de linconscient dans le mental de lhomme, il nous faut préciser que Freud sest intéressé de très près aux rêves et aux lapsus.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC