La volonté selon Saint Augustin : Le bon usage de la bonne volonté

 

Notion du BAC : Le Sujet

 

Introduction

 

Contrairement à la façon prosaïque de concevoir la liberté au sens de liberté de choix qui caractérise l’agir, avec l’absence de détermination extérieure et la représentation propre de ce qui me paraît être le meilleur, nous pouvons conceptualiser la liberté autrement, à savoir dans son rapport à la foi en la raison. Nous allons tenter de concevoir la liberté comme raison pure pratique avec Kant, ou selon la bonne volonté. Comment le philosophe conceptualise t’-il l’idée de liberté ? Qu’est-ce que la bonne volonté ? Comment être libre ? Quelle définition avons-nous de ce concept ? Qu’en est-il de la raison pure pratique? Comment Descartes ou Saint Augustin intériorisent ils la bonne volonté et comment se positionnent-ils face à cette interrogation? Le déterminisme annihile t’-il la liberté de l’homme ou avons nous un moyen de concevoir la bonne volonté comme simple faculté d’un sujet pensant? La solution au problème de la liberté est elle ontologique ou faut-il dépasser ce point de vue ?

 

Le bon usage de la libre volonté

 

Nous touchons à la question de la justification du mal dans le monde. L’expérience du mal ne donne aucune réponse aux causes du mal; Comment le comprendre? Toute réponse à la question pourquoi est une transformation, elle est par elle-même une occultation de ce qu’il y a de spécifique dans le mal comme tel.

 

Le parcours de St Augustin

 

Pour Saint Augustin Dieu ne peut être accablé de l’origine du mal. La liberté réside dans le don de la volonté à Dieu; mais la liberté reste avant tout un combat. Du péché, nous pouvons déduire que l’âme soit déchirée entre deux lois opposées. Nous avons d’un côté l’âme esclave et l’âme qui voit avec certitude qu’elle doit se soumettre à l’autre loi. En fait, le philosophe nous décrit son itinéraire comme un arrachement à la doctrine manichéenne. La doctrine qui met l’accent sur la puissance du mal comme puissance non maîtrisable qui va jusqu’à affirmer cette puissance par un principe donnant lieu à un combat entre le bien et le mal au sens de deux puissances opposées. Le mal est en fait délimité à la catégorie de la raison. J’ai avec ma raison la faculté de m’approprier le mal. Le parcours de Saint Augustin consiste à s’arracher à cette domination. Ce serait selon lui seulement sur le mode de l’image et du symbole que l’on pourrait envisager le mal. Le penseur affirme la bonté de l’œuvre de Dieu. Il reconnaît la bonté à l’intérieur de la création ce qui lui permet d’établir une distinction entre les différents biens, le libre-arbitre étant un bien moyen. Parmi les biens purs, nous trouvons, la justice, la vertu et en deçà, les biens corporels.

 

La liberté est donc considérée comme un bien moyen. Cela implique que la liberté n’est qu’une puissance de l’âme à s’exercer pour atteindre les biens supérieurs. Il faut pour cela faire un bon usage de la libre volonté comme référence à l’alternative de se tourner vers les biens supérieurs; La liberté est telle la raison, elle doit se connaître. L’homme peut se détourner du bon usage de la libre volonté. Mais si la libre volonté est en elle-même un bien où est son mauvais usage? Il se concentre dans le mouvement même de se détourner. D’où vient ce mouvement? Avons-nous quelque chose qui ne serait pas un étant? Pourtant, en utilisant le concept de création nous avons récusé toutes les possibilités d’explication du mauvais mouvement. Si Dieu crée à partir de rien, il n’y a pas de décalage dans la création. Le mouvement vers le «rien» serait l’être du péché, un mouvement défectueux; Descartes répondrait que les défauts de la bonne volonté résident en l’homme et pas dans l’ordre de la nature.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC