Exemple d’introduction philosophique

 

Sujet : Suffit-il pour être soi-même, d’être différent des autres ?

 

On part de l’analyse du sujet et des ses principaux acquis, afin de situer la question tout en attirant l’attention du lecteur sur l’intérêt que son étude présente pour la réflexion.

 

 
Analyse du sujet :

 

Le sujet se réfère à un lieu commun, le culte de l’originalité, prise comme fin en soi, dans l’affirmation de la personnalité. On peut aisément référer ce lieu commun à une interprétation individualiste ou de la recherche obsédante de la différence devient le critère essentiel de la conduite et ce, quelles que soient les conséquences irrationnelles d’une telle attitude.

 

L’énoncé semble indiquer qu’en admettant une hypothèse comme valable, on doit tout de même s’interroger sur son caractère suffisant. En d’autres termes, le fait d’être différent des autres contribue tri au fait d’être soi même?  Si oui, est il suffisant? Il s’agit donc d’apprécier la portée réelle, c’est-à-dire tout à la fois la valeur et les limites de l’affirmation de la différence.

 

Nous pouvons ainsi tirer les implications, il nous faut reconnaître que l’affirmation de la différence peut avoir des significations variables et même relever de faux semblants ou d’idées illusoires. Dans cette mesure, être différent des autres peut il donc effectivement contribuer à l’affirmation de soi?

Nous pouvons ainsi souligner plusieurs aspects du problème :
Nous nous demanderons dans un premier temps, en quoi consiste l’attitude qui consiste à poser la différence par rapport aux autres, ce qu’elle traduit.
En second lieu,  la portée réelle d’une telle affirmation de soi et les faux semblants que cela suppose.
Enfin, en dernier lieu, nous nous pencherons sur la question de savoir comment définir d’un point de vue philosophique, les conditions d’une véritable affirmation de soi ?

 
 
Démarches possibles pour la rédaction de l’introduction

 

Il nous faut donc partir du paradoxe que présente la toute puissance des médias aujourd’hui. Les modèles d’affirmation proposés renvoient à des stéréotypes auxquels on pousse les jeunes à s’identifier. L’homme a ainsi l’illusion d’être différent, unique, autre, ne ressemblant ainsi à personne; Mais en fait, il s’agit d’une dépersonnalisation, nous pouvons au passage mettre en évidence les dangers d’une identification à des stéréotypes trop généraux qui tuent l’identité individuelle. Nous comprenons ainsi qu’une véritable affirmation de soi doit dépasser ce stade, suffit il pour être soi même, d’être différent des autres et autre que soi même? La question est complexe.

La relation à soi se révèle être d’une aussi grande complexité que la relation à autrui dans la formation de la personnalité. Il faut donc montrer les aspects contradictoires, en apparence, que peut avoir une telle relation. Introduire l’exigence d’une maîtrise du rapport à autrui, comme thème permettant de focaliser le sujet.

 

Un modèle d’introduction rédigée :

 

Les premières expériences infantiles sont liées, notamment à la rencontre des autres. L’enfant tend ainsi à s’identifier, à imiter. Il est dans un premier temps, prisonnier des sens et des impressions ainsi que des envies mal maîtrisées. Il fait se succéder oppositions et identifications. Le propre de la relation éducative, et de l’instruction est de l’aider à sortir de lui-même, à discipliner ses propres mouvements. Mais la relation à autrui peut aussi supposer soumission et conditionnement, qu’émancipation et affranchissement. Les préjugés commencent ainsi dès l’enfance, ainsi que les valorisations. La question essentielle est de savoir comment s’affirmer soi même? Les identifications marquent une dépendance. Il y va aussi des problèmes d’adolescence qui suppose de se poser en s’opposant, nous sommes au stade de la révolte. Peut on ainsi se définir négativement? Cultiver la différence jusqu’à rompre toute possibilité de communication semble aussi néfaste que nier la différence pour instaurer une communauté truquée. L’enjeu, c’est la possibilité d’une personnalité suffisamment accomplie et ouverte sur la vie sociale. Suffit-il, pour être soi-même, d’être différent des autres ?

 

 

Méthodologie de conception et rédaction d’une introduction en philosophie

 

Exemple d’introduction rédigée « Peut-on reprocher à une oeuvre d’art de ne rien vouloir dire ? »

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC