Comment rédiger une conclusion en philosophie ? – Exemples

 

Auparavant, nous vous conseillons de lire le document de méthodologie : cliquez ici

Rappel : le bilan de la réflexion débouche donc sur une ouverture qui permet de réinsérer l’acquis, de le restituer, dans un ensemble de problèmes. Comment effectuer ce redéploiement du problème ? 

Nous allons le voir par l’intermédiaire de deux applications différentes sur la base de deux sujets différents de philosophie :

     – L’histoire peut elle être une science ?
     – Faut il avoir peur de ses désirs ?

 

Premier sujet d’application : L’histoire peut elle être une science ?

 

L’étude de l’épistémologie de la connaissance historique comme analyse des processus et des structures qui déterminent le cours du devenir historique. Dissociation de l’approche événementielle, histoire empirique, et de l’approche explicative réelle, histoire structurale critique. Il faut définir les conditions de possibilité de ce que l’on appellera la scientificité de l’histoire.

 

Conclusion :

C’est un bilan synthèse, un rappel des conditions que l’histoire doit remplir pour être une science.

 

Ouverture :

C’est l’éclairage différentiel, il y a une réactivation et une focalisation d’un problème évoqué dans l’analyse du sujet, et clairement indiqué comme problème solidaire de la question traitée :

La démarche scientifique peut elle échapper à l’idéologie? Celle-ci n’est elle pas génératrice d’obstacles épistémologiques spécifiques pour l’enquête historique ?

Nous avons ainsi proposé les idées à faire apparaître dans la conclusion par rapport à ce sujet précis ainsi qu’une ouverture qui montre en fait une autre façon de traiter le sujet et le problème proposé tout aussi légitime que la façon choisie. IL ne faut surtout pas sortir du problème, il faut au contraire s’efforcer de mentionner sous forme d’ouverture, les autres problèmes impliqués dans le sujet et délaissés dans l’analyse en raison des impératifs d’une épreuve limitée dans le temps. La conclusion permet d’une certaine de combler les oublis du fait de l’aspect forcément partiel et limité de l’approche.

 

Deuxième sujet d’application : faut-il avoir peur de ses désirs ?

 

Il peut intéressant après avoir développé un certain type d’approche requis par le sujet, de référer dans la conclusion, cette approche à un domaine dont elle dépend en dernière instance.

Voici le deuxième sujet que nous allons traiter :  Faut il avoir peur de ses désirs ?

 

Conclusion :

Il s’agit de mettre en avant la psychologie du désir, c’est la théorie générale de la personnalité constituée en niveaux ou instances mobilisant des forces psychiques spécifiques. Nous pouvons mettre l’accent par exemple sur la théorie de la culpabilité etc.

 

Ouverture :

On peut passer de la première partie bilan de la conclusion à l’ouverture en insistant sur le passage de la question psychologique à la question sociale par le biais du processus éducatif qui fait intérioriser les normes ambiantes, on peut voir ainsi l’optique psychosociale de Marcuse dans Éros et civilisation. On pourra ensuite relativiser une approche effectuée sur la base des analyses freudiennes, mentionner un type d’organisation sociale ou la psychologie de l’affectivité est totalement différente par exemple, l’étude des sociétés trobriandais par Malinovski dans la sexualité et sa répression dans les sociétés primitives.

 

 

Cliquez ici pour voir un exemple d’introduction rédigée, sur le sujet « Peux-t-on reprocher à une oeuvre d’art de ne rien vouloir dire ? »

 

Cliquez ici pour voir un autre exemple d’introduction philosophique sur le sujet : « Suffit-il d’être soi-même pour être différent des autres ? »

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Un ebook de méthodologie pour aller plus loin

Avec cet ebook rédigé par un professeur de philosophie enseignant en Terminal, correcteur au BAC et examinateur à l'oral du BAC,  vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

comment faire une dissertation de philosophie pour le BAC