1 – Quelles sont les particularités des trains évoqués dans les textes du corpus ?

Eléments de réponse :

            Les trains des textes du corpus présentent différentes particularités : (train à vapeur pour Verlaine, train imaginaire pour Prévert …)

  • L’idée de mouvement :

– Verlaine : on retrouve l’idée de vitesse avec l’adverbe « furieusement » v.2 et les noms « tourbillon » v.4 ; « tournoiement » v.15 et l’adjectif « brutal » v.16

– Prévert : multiples répétitions « tout autour » v. 5, 7, 46, 47, 48 … ; « fuyait x3 » v.26 à 29 ; « rouler x2 » v. 32-33 donnent cette idée de mouvement incessant.

  • L’importance du paysage qu’on voit défilé grâce à eux :

Dans les trois textes, on peut relever le vocabulaire ou le champ lexical du paysage, de la nature.

– Verlaine : « paysage, plaines, eau, blés, arbres, ciel »

– De Noailles : « ville, toits, bois, l’étang, les près, les jardins, la campagne … »

– Prévert : « terre, mer, coquillages, saumons, lunes, étoiles, oursins, l’hiver, les fleurs … »

  • Des trains « humanisés », personnifiés :

– Verlaine : Personnification « au bout desquelles hurleraient mille géants qu’on fouette » v.9

– De Noailles : Personnification : le poète leur parle. « Que voyez-vous … » v. 17

– Prévert : Personnification du chemin de fer : « nous avons rencontré un grand chemin de fer qui nous a emmené » v. 2-4 + « qui ne voulait plus avancer de peur de les abîmer » v. 43

Personnification du printemps et métaphore : « C’était lui le garde-barrière » v. 37 

  • Les trains provoquent des émotions chez les poètes :

– Verlaine : La rupture typographique marquée par le tiret au vers 11 marque la réflexion du poète qui, en réalité, est indifférent au train. Il ne pense qu’à sa bien-aimée. Formulation « Que me fait tout cela, puisque j’ai … »

– De Noailles : Les trains provoquent la réflexion. Le poète leur parle et s’interroge sur le devenir des trains. Diverses interrogatives « Quel est donc l’émouvant bonheur qui vous attend ? » v.14, v.17 …

– Prévert : le poète voit le train comme un moyen de transport lui permettant de voyager, de découvrir le monde. On note les différentes étapes du voyage : école, la mer, la lune et les étoiles, autour de la terre … et allusion à d’autres moyens de transport : « A pied à cheval en voiture et en bateau à voile » v.50

Idées supplémentaires :

  • Les trains sont bruyants :

– Verlaine : Exagérations « tout le bruit que feraient mille chaînes au bout desquelles hurleraient mille géants qu’on fouette » v. 8 et 9

– De Noailles : répétition du mot « cri montant et dur » ; « cris désespérés » v. 4 et 5

  • Il y a un rapport au temps :

– De Noailles : gérondif « en terrassant le temps » v. 13

– Prévert : passage de l’hiver au printemps « on s’est mis à rouler derrière l’hiver et on l’a écrasé … et le printemps nous a salués » v. 32 à 36

 

2 – Ces voyages vous paraissent-ils réels ou rêvés ?

Eléments de réponse possibles :

  • Un voyage qui nous paraît réel :

– Verlaine : réalité du paysage, des éléments du chemin de fer et d’un voyage en train : « les portières, les poteaux minces du télégraphe, les fils, le charbon … »

  • Des voyages qui nous paraissent rêvés :

– De Noailles :

  le paysage est poétisé : on retrouve beaucoup de figures de style : personnification du soleil «  que le brûlant soleil frappe à coups de maillet «  v.10 … ; des expansions du nom « toits d’argent » v. 3 …

  le poète met les trains en position d’humains qui ressentent des émotions, des sensations … Anna de Noailles les interroge sur le désir de liberté …

– Prévert : forte présence du rêve : « tout autour de la terre », personnification du train, de la mer, de la lune et des étoiles, d’une maison, de l’hiver et du printemps et allusions aux possibilités de mouvement, de liberté …

Autres éléments de réponse possibles :

  • Le côte réaliste des voyages :

Dans les poèmes, nous relevons des éléments réalistes telle que la description des trains, des éléments du chemin de fer ou des paysages aperçus. Les trains sont des moyens de transport puisque nous retrouvons l’idée de mouvement, de déplacement.

  • Le côté onirique de ces voyages :

Voir éléments déjà abordés + Verlaine qui rêve de l’être aimé

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus