Sujet du commentaire BAC L 2013

corpus de textes BAC L francais 2013

Corrigé commentaire BAC L 2013 texte de Patrick Chamoiseau 

Introduction         

  • Vous pouviez partir du thème des réécritures.
  • Ensuite, il ne fallait pas oublier de présenter le texte : extrait romanesque de L’Empreinte à Crusoé de Patrick Chamoiseau, 2012.
  • La problématique possible : L’écriture permet-elle de conserver son humanité ?
  • Le plan rédigé bien sûr : Dans une première partie, nous étudierons comment l’auteur définit le procédé d’écriture. Ensuite, nous expliquerons son utilité.

Développement :

       I. Comment l’auteur définit le procédé d’écriture.

                   A/ L’écriture dépend de la mémoire.

– Le personnage a en effet des réminiscences de culture qui alimentent ses écrits.

         →L’extrait en italique fait référence à des connaissances acquises telle que l’allusion à Remus et Romulus avec « des jumeaux dans une calebasse de mil… »

– Les souvenirs du personnage sont peu précis.

         →Absence de déterminants « j’étais prince, castillan, chevalier… » montre qu’il n’est aucun de ces personnages en particulier, mais tous à la fois.

         →Les déterminants « des » qui ici ont une valeur indéfinie « des châteaux, des jardins, des ruelles… »

– Le souvenir se montre être relatif.

         → »mémoire x 2, résidu de souvenir »

                   B/ L’écriture est influencée par l’imagination.

– L’imagination lui fait écrire des choses qu’il juge étranges.

         → »images étranges, étrangetés, tellement incompatibles… »

                   C/ Les limites de la mémoire et de l’imagination.

– Souvenir et imagination se mélangent et le personnage est incapable d’être sûr de ce qu’il écrit.

         →les expressions d’incertitude « trous, qui semblaient, obscure, ne durent pas… »

– Il n’a aucun pouvoir, aucun contrôle de sa mémoire et de son imagination, (ni de sa perte d’humanité).

         →le personnage « subit » ces écrits : « alimentèrent, surgissaient, surgissait, allaient posséder mon esprit, jaillissait… »

       II. Le procédé d’écriture permet-il de conserver son humanité ?

                   A/ Une humanité irréelle.

– Le personnage n’a plus qu’un semblant de son humanité originelle, une humanité qui n’est pas réelle mais imaginée.

         → « mes imaginations, mon imagination, ces chimères, je m’imaginais… »

– Il éprouve parfois un certain bien-être.

         → »quand mes mains s’associaient à mes pieds… »

                   B/ La perte inéluctable de son humanité propre.

– Le personnage perd inéluctablement son humanité originelle.

         →Répétition du terme « absence », « absence à moi-même »

         →Répétition de la préposition de restriction  » sans vraiment le savoir, sans être pour autant capable de l’énoncer » »

– Son moi originel disparaît, il perd ce qu’il a été.

         → »défaillir, mon regard alors ne se posait sur rien… »

– On assiste alors à un retour à l’état sauvage, à l’état animal.

         → »abandonnant toute consistance, crabe, poulpe, crapautard (néologisme) »

                   C/ Le procédé d’écriture, ou la possibilité de se recréer une autre humanité.

– Le procédé d’écriture s’avère être dépendant de l’imagination (donc subjectif).

         →forme pronominale du verbe « je me l’écrivais »

         →Les différentes utilisations du verbe écrire avec ajouts d’affixes « réécrire, désécrire »

– L’écriture est influencée par l’imagination, elle participe à la perte d’humanité propre du personnage mais également à la possibilité de se recréer une autre humanité. Donc, de rester humain.

– L’écriture ne lui permet pas de retrouver son humanité originelle mais une humanité autre qui n’est pas la sienne. (influence de la culture…)

         →Allusions à son moi propre  » substance intime, mon origine réelle disparaissait alors, origine personnelle »

         →complément de but « pour sauvegarder un reste d’humanité », « pour les remplir de ce que je devenais… et que j’aspirais à devenir »

         →ses intentions « je n’avais qu’à élargir l’espace entre les phrases, entre les mots et leurs réalités »

Conclusion :

  • Vous deviez réaliser un bilan des différentes idées trouvées.

Grâce à son imagination, sa mémoire, le personnage se recrée une humanité.

  • Ouverture : l’ouverture la plus adéquate s’avérait être le texte de Defoe dans lequel le procédé d’écriture est une façon pour le personnage de sauvegarder et conserver son humanité originelle.

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus