Sujet et corpus de texte BAC de français L 2013

A quoi sert le journal dans Robinson de Daniel Defoe (Texte A) ?

Quelles fonctions les autres textes donnent-ils à l’écriture ?

corpus de textes BAC L francais 2013

Corrigé question corpus BAC L français 2013 – fonctions de l’écriture

Quelles sont les caractéristiques des figures maternelles dans les textes du corpus ?

Eléments de réponse :

            Le journal dans Robinson de Daniel Defoe (texte A) nous permet d’établir plusieurs fonctions possibles de l’écriture.

  • Ecrire pour établir une dimension sociale, un « dialogue » avec le journal, avec soi-même pour faire face au problème de la solitude.

            → Eléments appartenant à la narration : Temps du récit : « je commençais, je travaillai, je posai… » + Verbes d’action.

  • Ecrire pour faire fonctionner son intellect. Raconter la progression de ses travaux permet au personnage de l’évaluer, de se donner des objectifs mais également d’organiser sa pensée.

            → »Je plaçai deux étais, je posai des tablettes et je fichai des clous »

            →compléments de but « afin que je pusse être bien sûr…, pour suspendre… pour apprêter mes viandes… »

            → Nombreux connecteurs logiques  » conséquemment, puis, et, dès lors, mais, si bien que… »

            → Réflexions : « sans doute je l’avais faite trop vaste » l.2, « et, ce qui était encore plus important »

  • Ecrire permet de renouer avec son humanité, de la conserver.

            → Témoigner de son existence, faire des actes d’homme : « cloisons pour mon logis, meubler ma maison, mettre tous mes effets en ordre… »

            → Avoir un semblant de vie normale, empêcher un retour à l’état sauvage : noter des dates « le 10, le 11, les 28, 29 et 30 », évaluer le temps « le lendemain, au bout d’une semaine ».

            Nous retrouvons toutes ces idées dans les autres textes du corpus.

  • Ecrire pour faire face à la solitude.

Texte B :       « Solitude

                         Imagine des foules, des théâtres, des rues »

  • L’écriture est un moyen de faire fonctionner son intellect, d’accéder à la réflexion.

Texte B : Entretenir sa pensée, sa réflexion pour ne pas devenir un animal.

            → »Sa mémoire se développe … »

Texte C : Le journal permet un accès à l’esprit, à la réflexion et à la mémoire.

            → »mais ses méditations, l’évolution de sa vie intérieure ou encore les souvenirs qui lui revenaient de son passé et les réflexions qu’ils lui inspiraient. » (avec opposition aux « petits événements de sa vie matérielle »)

  • L’écriture est le propre de l’homme. Elle permet de conserver son humanité.

Texte B :

– L’écriture permet de conserver la mémoire de qui il était (un être humain).

            →       « Danger de perdre la tête, de perdre tout langage.   Infinitifs

                         Lutte. Tragédie. Mémoire. Prière de Robinson. »    Succession de mots

– Se remémorer par le biais de l’écriture permet de revivre et de conserver son humanité.

            → « Toute la musique qu’il a entendue lui revient – Même celle dont le souvenir ne lui était pas encore venu », verbes « reconstitue, retrouve, revient »

Texte C :

– Ecrire est une nécessité, elle permet une vie d’homme.

            →Expressions : « il se hâta, il pensa pleurer de joie il lui semblait soudain s’être à demi arraché à l’abîme de bestialité, et faire sa rentrée dans le monde de l’esprit »

            →Gérondifs : « en traçant ses premiers mots, en accomplissant cet acte sacré : écrire »

– Ecrire appartient au monde intellectuel humain.

            → »se décidant enfin à inaugurer un calendrier, il consacra plusieurs jours à dresser une carte de l’île »

– Nommer les choses grâce à l’écriture permet des les faire exister et permet d’éviter de disparaître.

            → »île de la désolation », »rebaptiser cette terre », « Speranza » nom qui désigne désormais l’île mais qui fait également référence à un souvenir du personnage, celui d’une femme.

  • Mais l’acte d’écrire a des limites.

Texte B :  Le personnage étoffe, ajoute ses souvenirs donc réécrit le texte initial.

            →terme en italique « prolonge » l.42, répétition du verbe « reconstitue »

Texte D :

– L’acte d’écrire est subjectif.

            → »fièvres narratives, je me l’écrivais, je n’avais qu’à réécrire, à désécrire… » l. 36 et 37.

– L’écriture donne un semblant d’humanité, une humanité qui n’est pas réelle mais imaginée.

Il est impossible de retrouver alors son vrai moi.

En effet, l’écriture est subjective, imaginaire. De plus, l’acte d’écrire se fait en partant de la mémoire. Se pose alors le problème de la subjectivité du souvenir.

            →Référence à l’imagination :  » mes imaginations, mon imagination (avec pronom possessif pour le côté subjectif), ces chimères, m’imaginais (forme pronominale du verbe), m’inventais ma propre histoire, m’ensourcer dans une  légende »

            →Allusions à l’origine : « mon origine réelle disparaissait alors », cette absence d’origine personnelle, absence à moi-même »

            →Différents termes appartenant au thème de la mémoire : « mémoire x2, résidu de souvenir »

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Des ebooks de méthodologie pour aller plus loin

Avec ces ebooks vous apprendrez la bonne méthode, pourrez travailler pas à pas sur des exemples, et étudier des corrigés d'épreuves précédentes.

Comment réussir son écrit d'invention pour le BAC ? Comment réussir  la question corpus et l'écrit d'invention  Comment faire un commentaire de texte pour le BAC de français Comment faire un commentaire de texte et la question corpus