Sujet composition de géographie

L’Afrique du Sud, un pays émergent

 

Corrigé composition de géographie composition de géographie :  l’afrique du sud un pays émergent

 

L’Afrique du sud est le seul pays riche sur un continent pauvre. C’est un pays qui souffrait à cause de l’embargo, mais approvisionnait le continent africain de ses produits et son PIB était déjà, de loin, le premier en Afrique. Aujourd’hui c’est une puissance toujours aussi paradoxale.

L’Apartheid a disparu et la démocratie s’est imposée. Il a également rejoint les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Canada et Afrique du Sud) et c’est la seule puissance économique africaine à être bien intégrée dans la mondialisation. Elle réclame un siège au Conseil de sécurité de l’ONU et ne dissimule pas des ambitions régionales et même mondiales. Toutefois, la ségrégation existe toujours, comme s’il y avait deux pays en un. L’Afrique du Sud compte 55 % de pauvres et la majorité des noirs sont restés très pauvres, même si une minorité s’est hissée dans la classe moyenne. En revanche, les leviers de l’économie sont toujours dirigés par des blancs. L’Afrique du Sud reste donc un pays double.

 

I/ La première puissance économique de l’Afrique et un pays émergent

 

a) Un pays moderne

–                    Pays vaste et 50 millions d’habitants.

–                    PIB le plus important d’Afrique (350 milliards de dollars par an)

–                    Taux de croissance élevé : 5% en 2012

–                    Tertiairisation des activités (65% de l’économie)

–                    Richesses minières importantes (diamant, or gaz naturel ou charbon…)

–                    Tourisme haut de gamme

–                    agriculture performante

b) Un pays intégré dans la mondialisation

–                    Importe et exporte avec les pays de la triade et les pays d’Afrique

–                    Relations avec les autres pays émergents (Brésil, Chine, Inde)

–                    Chine convoite les matières premières

–                    balance commerciale excédentaire

–                    bourse et CBD de Johannesburg

–                     aéroport international : un hub au niveau régional

c) Des entreprises puissantes

–                    Sur 500 entreprises africaines : 127 sont sud africaine et produisent 40% du chiffre d’affaire total de l’Afrique

–                    Eskom : 4e groupe mondial d’électricité

–                    SophRite et Score : deux chaînes de supermarchés en Afrique

–                    Le Cap et Durban : 2 grands ports modernes

–                    L’Afrique du Sud  est un relais entre l’Afrique et le reste du monde pour les capitaux et les marchandises

 

II/ L’Afrique du Sud, un acteur de la mondialisation

a) Une ouverture diplomatique

–                    Nelson Mandela leader de l’ANC, symbole de la lutte contre le racisme. Il met en place une politique de réconciliation nationale et des mesures libérales.

–                    Objectif : réduire la misère

–                    L’Afrique du Sud, une démocratie

b) L’intégration régionale

–                    coupe de monde de football en 2011

–                    intégration régionale avec la SADC, le NEPAD et mise en place de l’Union Africaine en 2002.

–                    Puissance militaire et diplomatique : l’Afrique du Sud a une fonction de gendarme en Afrique

c)  Une puissance sur le plan internationale ?

–                    L’Afrique du Sud revendique une place au conseil permanent de sécurité à l’ONU

–                    Concurrence avec le Nigéria pour représenter l’Afrique à l’ONU

III/ Les défis à relever

a) Des différences entre des régions

–                    Des territoires sont intégrés dans la mondialisation et d’autres le sont moins

–                    Région de Gauteng : région la plus puissante, concentre les activités de haute technologie et de finance

–                    Ouest et Sud dynamisés par les activités portuaires

–                    D’autres régions bénéficient de l’activité touristique mais ne sont pas assez diversifiées

–                    Partie médiane de l’Afrique du Sud : une périphérie en marge.

b) Des problèmes d’exclusion et de pauvreté

–                    défi du sida

–                    l’accès à l’eau potable

–                    La violence : Johannesburg, une des villes les plus criminogènes au monde.

–                    Gated communities

c) Le fossé persistants entre les noirs et les blancs

–                    fin de la ségrégation mais ça n’a pas entraîné la disparition du fossé économique et spatial

–                    La masse des pauvres reste noire

 

L’Afrique du Sud reste un pays paradoxal et dual. Malgré la fin de l’Apartheid, la masse de la population noire reste pauvre? Tout l’enjeu pour l’Afrique du Sud, c’est à présent d’utiliser son dynamisme et les fruits de son développement afin de réduire la pauvreté.

 

Partagez

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail